La dépendance, une nouvelle épidémie du moment

dependance1

A l’heure actuelle, voir les personnes être collés sur l’écran de leur Smartphone  dans la rue, dans le métro, dans un resto, dans le parc, entrain de jouer à un jeu, se connecter sur les réseaux sociaux, fumer non-stop est devenu un fait courant et vu comme quelque chose de normal. Et pourtant cela peut être classé comme étant une maladie. C’est la raison pour laquelle, des centres d’accueils pour les personnes atteintes de cette épidémie ont été ouverts dans les grandes villes.

Pourquoi de plus en plus de personnes deviennent dépendantes ?

Une personne est qualifiée de dépendante lorsqu’elle n’arrive pas à se maîtriser et ne pas résister à ses désirs, peu importe le type. Ce qui est le plus étonnant, c’est que les personnes concernées connaissent très bien les impacts négatifs de la dépendance comme le fait de fumer par exemple, ou les jeux de hasard qui leur conduisent vers l’endettement. La première raison expliquant cela est le fait que la société dans laquelle le monde vit actuellement est une société de consommation où consommer est devenu impérative. De plus, de nouveaux produits intéressants et très captivants ne cessent de sortir. Le fait de ne pas en posséder ne peut provoquer que la frustration qui par contre ne peut être tolérée dans une telle société. Mais cela est aussi lié à une dépression qui traduit une sensation d’autosuffisance et ne pas se soucier des autres.

Dépendance ou passion ?

Par manque d’affection surtout, une personne commence à s’isoler du monde et commence petit à petit à tisser un lien avec un produit. Ainsi, le fait de s’attacher à cet objet est pour lui un moyen de combler le vide, mais aussi d’oublier l’angoisse que ce manque entraîne dans sa vie. Mais il faut cependant faire attention de ne pas confondre passion et addiction. Une personne a une addiction sur un objet lorsqu’elle ne peut vivre. La passion est par contre quelque chose qu’elle apprécie, mais qui n’entraînerai pas la maladie au cas où le désir n’est pas satisfait ce qui est le cas pour l’addiction.